Théâtre Blanc | Biographie de Christian Lapointe
Biographie de Christian Lapointe, directeur artistique
Christian Lapointe, direction artistique du Théâtre Blanc, Prix de la critique, Yeats, Prix Siminovitch, Duras
742
page,page-id-742,page-template-default,ajax_fade,page_not_loaded,, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive
 

Christian Lapointe – directeur artistique

christian-lapointe-25Auteur, metteur en scène, acteur et pédagogue, Christian Lapointe est l’une des têtes chercheuses du théâtre de création au Québec. Depuis le début des années 2000, ses oeuvres ont été présentées à Québec, Montréal, Ottawa, Avignon,… Il a mis en scène deux pièces au Théâtre Blanc avant d’en devenir codirecteur artistique en 2013, d’abord en duo avec le scénographe Jean Hazel, puis en solo depuis juin 2017.

Crédit photo Maude Chauvin

Christian Lapointe est un artiste basé à Québec qui trace depuis quinze ans un parcours singulier créant des objets théâtraux d’une exigeante densité, où la poésie, la mort et le réel se conjuguent pour interroger les manques existentiels du mode de vie contemporain.

Il est l’auteur d’un cycle de pièces regroupées sous la dénomination Théâtre de la disparition, composé de C.H.S., qui fut présentée dans la sélection officielle du Festival d’Avignon en 2009, Anky ou la fuite, opéra du désordreTrans(e) et Sepsis.

Inspiré tout autant par le symbolisme de William Butler Yeats — dont il a monté plusieurs textes, dont le triptyque Calvaire, Résurrection et Purgatoire sous le titre Limbes (2009) — que par la densité textuelle et le rapport à la réalité des corps de Samuel Beckett, Lapointe a progressivement orienté sa recherche vers une mise sous tension de la part de réel qu’exige au théâtre tout acte de représentation.

Christian Lapointe travaille, selon les mots du critique Hervé Guay, à des «expériences atypiques dont on sort rarement indemne », que ce soit à travers ses relectures d’auteurs symbolistes (Yeats, Villiers de L’Isle-Adam dont il a monté Axël, qualifié d’irreprésentable, en 2006, Maeterlinck), une mise en scène d’un diptyque de textes de Marguerite Duras en 2013, ou des écritures de plateau de textes contemporains (Vu d’ici, d’après le roman de Mathieu Arsenault en 2008, L’enfant matière de Larry Tremblay en 2012, Outrage au public de Peter Handke et Oxygène de Yvan Viripaev en 2013, Dans la République du bonheur de Martin Crimp en 2015, mais aussi des textes de Claude Gauvreau, Fausto Paravidino, Mark Ravenhill).

Le travail de Christian Lapointe a été récompensé à plusieurs reprises. En 2007, il est choisi comme protégé de la lauréate du prix Siminovitch Brigitte Haentjens. En 2010, il a reçu le Prix John-Hirsch décerné par le Conseil des Arts du Canada à deux jeunes metteurs en scène ayant fait preuve d’un grand potentiel allié à une captivante vision artistique. L’Association québécoise des critiques de théâtre (AQCT) a décerné plusieurs prix à ses créations en 2014, 2015 et 2016 (Oxygène, Tout Artaud?!, Dans la République du bonheur, Sauvageau Sauvageau). En 2016 il est finaliste du Prix Siminovitch.

Christian Lapointe est aussi fondateur du Théâtre Péril (2000), membre du collectif C.I.N.A.P.S. et artiste multidisciplinaire associé à Recto-Verso de 2011 à 2015. Son travail a été régulièrement présenté au Carrefour international de théâtre de Québec, au Centre national des Arts du Canada, et au Festival TransAmériques, où il a donné en 2015 une performance de près de 70 heures sur l’oeuvre d’Antonin Artaud.

Après avoir enseigné dans diverses écoles de formation professionnelle, notamment à l’École Nationale de Théâtre du Canada, il est désormais Professeur à l’École Supérieure de Théâtre de l’Université du Québec à Montréal, et propose une pédagogie s’éloignant de la tradition de théâtre psychologique.